Le sable de Babel : traduction et apartheid

Le sable de Babel : traduction et apartheid

Alain Ricard, CNRS éditions, Paris, 2011

Voici une étude de l'empreinte de la ségrégation sur les traductions entre langues européennes et langues africaines de 1791 à 1994 en Afrique australe, en particulier au Lésotho, à partir de l'analyse d'un corpus de textes réunis de 1830 à 1929 par la Mission de Paris. Alain Ricard, éminent spécialiste de littérature africaine dans toutes ses déclinaisons linguistiques, met ici en perspective l’apport des missionnaires dans les domaines de la traduction. Pour lui, la traduction a été un combat du Kenya à l’Afrique du Sud et au Sénégal. Ce livre nous exhorte à ouvrir le dialogue des cultures par le passage d’une langue à une autre et réciproquement aussi. La Bible a été ainsi traduite en des centaines de langues africaines. Il est temps de faire la place qu’elles méritent aux littératures écrites en kiswahili, sotho ou hausa, etc… Alain Ricard s’insurge contre l’arrogance des langues anglaise et française dans le continent subsaharien. Pour lui, la traduction est une forme directe d’hospitalité linguistique. Les lecteurs de la lettre de la CADE sont invités, avec ce livre passionnant, à repenser le rapport que les langues dominantes entretiennent avec les langues dominées, domaine tout aussi producteur de frustrations que les rapports économiques inégaux.

Alain Ricard est directeur de recherche émérite au CNRS. Il a réalisé plusieurs films sur le théâtre en Afrique et a reçu en 2002 le prix de la fondation Humboldt pour ses travaux sur les littératures africaines. Parmi ses nombreux livres, signalons, Histoire des littératures de l'Afrique subsaharienne, Ellipses, 2006 ; La Formule Bardey, voyages africains, Confluences, 2005 ; Voyages et découvertes en Afrique : anthologie 1790-1890, Laffont, 2000 ; Ebrahim Hussein : théâtre Swahili et nationalisme Tanzanien, Karthala, 1998 ; Littératures d'Afrique noire : des langues aux livres, CNRS/Karthala, 1995.

Georges Courade

"Introduction à Moi, laminaire…" d'Aimé Césaire - Une édition critique

Introduction a Moi, laminaire...

Mamadou Souley Ba, René Hénane et Lilyan Kesteloot nous proposent à l’Harmattan une excellente « Introduction à Moi, laminaire… », dernier recueil de poésie publié en 1982 par Aimé Césaire qui constitue, nous dit Jean- Pierre Orban, à maints égards, un bilan de son oeuvre poétique et de sa confrontation à la vie et à l’histoire.

Les commentaires des trois signataires de cette édition sont tout à fait éclairants et les notes de bas de page bien utiles pour décrypter les mots savants ou créoles dont Césaire parsème ses poèmes profondément enracinés dans le temps et l’espace, l’histoire des Noirs antillais, l’hymne à l’Afrique, l’engagement politique, les amitiés (Frantz Fanon, Wifredo Lam, Miguel Angel Asturias, Léon-Gontran Damas), les paysages, la flore et la faune des Antilles. Comme nous le dit Aimé Césaire,

« … c’est au fil des saisons survolées l’inégale lutte de la vie et de la mort, de la ferveur et de la lucidité, fût celle du désespoir et de la retombée, la force aussi toujours de regarder demain. Ainsi va toute vie. Ainsi va ce livre, entre soleil et ombre, entre montagne et mangrove, entre chien et loup, claudiquant et binaire. »

Louis-Luc Camier