Le co-développement

Au siècle dernier le « co-développement » concernait les actions menées dans leur pays d’origine par les migrants en France, avec un financent conjoint migrant / collectivité territoriale ou association française. Ces actions bénéficiaient à la fois et dans des proportions variables à la famille et au village d’origine. Elles devaient aussi faciliter le retour, en améliorant les conditions de vie là-bas. Cette notion est aujourd’hui associée aux actions de développement menées par les migrants ici en France.

Les associations IDELF (Initiative de développement local en Île-de-France) et le GRDR (Groupe de recherche et de réalisations pour le développement rural) ont tenté le 16 mai dernier, de préciser le contenu de ces deux types et lieux de « développement ». Les intervenants et les participants appartenaient à plusieurs associations concernant la diaspora et la vie dans les quartiers, en s’intéressant à la culture, l’entreprise, les femmes, la solidarité et d’autres thèmes.

Le titre exact de la réunion « Ici et Là-bas : Développement local et co-développement » avait attiré et mobilisé un public nombreux et divers. Des débats larges et ouverts ont montré la fusion entre Français, blancs et noirs. Tous s’intéressent à la fois à leurs lieux de vie ici et pour ceux d’origine africaine là-bas. Ces derniers regardent leur pays dans son histoire, son présent et son avenir en pensant à un éventuel retour. 

R. G.