La jeunesse au rendez-vous du 20ème anniversaire de la Fondation d'entreprise TOTAL

La Fondation d'entreprise TOTAL a choisi de placer sous le signe de la jeunesse son 20ème anniversaire célébré le 20 Novembre au Centre Georges Pompidou. Commencé avec la présentation des résultats d'une enquête d'opinion par sondage, l'événement s'est poursuivi autour de tables rondes où se sont exprimés jeunes et moins jeunes sur les attentes et engagements de ceux qui sont la France de demain et portent ses espoirs de relance.

A la description générale quelque peu figée et traditionnelle de la perception pessimiste de la jeunesse que, de façon inattendue, partage cette dernière, telle qu'elle ressort de cette enquête, s'opposent les constats qui ont mis en valeur, lors des échanges des trois tables rondes, les initiatives et les projets des jeunes et, en écho, l'ouverture de la société et du monde du travail à leur égard. Si le climat de la crise actuelle a pesé sur les débats, il n'a pas occulté un trait caractéristique de notre pays, notre penchant à valoriser abusivement le passé et à masquer les opportunités de l'avenir par les craintes que fait naitre la mondialisation

A l'écoute des protagonistes de cette rencontre, on ne pouvait manquer de s'interroger sur la représentation et la place des jeunes dans la société en France et en Afrique. S'il y a des similitudes, il y a également des différences notables de situation. Similitudes, le pragmatisme, l'ouverture sur le monde, les capacités d'adaptation et de création de la jeunesse de part et d'autre. Mais différences de situation qui tiennent à la nature des sociétés dans lesquelles évoluent les jeunes : en France les nécessaires créations d'emplois se heurtent aux blocages et corporatismes d'une société en état économique de stagnation, tandis qu'en Afrique où la création d'emplois est tout aussi indispensable et critique, la croissance économique et la plasticité des structures d'emploi ouvrent de nouvelles perspectives aux jeunes générations.

Dans un cas comme dans l'autre l'avenir appartient à la jeunesse : il dépendra de l'attitude de la génération des 35-65 ans à son égard de construire un avenir meilleur en donnant toutes ses chances à celle qui lui succédera.■

Jean-Loïc Baudet