La culture scientifique au Sud : enjeux et perspectives pour l'Afrique

Séminaire de clôture d'une action de 5 ans de promotion de la culture scientifique et technique (PCST)
29 et 30 septembre 2009, à la bibliothèque de l'Alcazar de Marseille

Ce programme pionnier de PCST a soutenu depuis 2004 dans 10 pays (Burkina Faso, Cameroun, Centrafrique, Djibouti, Madagascar, Mali, Maroc, Sénégal, Tchad et Yemen) des expérimentations de toutes natures pour rendre palpables les résultats de la recherche, faire découvrir la place de l'approche scientifique pour le développement économique et social et susciter des vocations. Les outils utilisés pour cela ont été très variés : expositions, conférences, animations, théâtre, films documentaires, etc… . La culture scientifique est avant tout une manière de comprendre le monde qui vous entoure, les risques que l'on court et les problèmes que l'on se pose selon un savoir raisonné, une démarche logique et d’expérimentation. Si elle semble naturelle dans certains milieux privilégiés, elle ne l'est point au Sud, en Afrique en particulier. Elle ne va pas de soi dans des sociétés qui ne sont pas fortement éduquées et qui ne vivent pas dans un environnement technique sophistiqué. Ceci explique la variété des outils utilisés par des scientifiques et universitaires qui se sont lancés dans cette opération de popularisation des connaissances et des savoirs, des savoir-faire et des technologies. En conséquence, l'objet de ce séminaire est d'évaluer ce qui a été réalisé sur le terrain dans ce domaine et d'en tirer des conclusions pour l'avenir. Les participants s'interrogeront sur les rapports entre sciences et sociétés, sur la diffusion des savoirs, sur les médiateurs de celle-ci, sur les obstacles rencontrés dans sa mise en oeuvre, sur les méthodes employées et les politiques publiques d'appui. Avec l’espoir de montrer qu’il s’agit d’une question stratégique pour les pays concernés comme pour la communauté internationale.

Georges Courade