Ce qu'ils ont dit ! 116

« l’Afrique…c’est la Terre- Mère qui n’en finit pas de donner. Les Africains sont très durs avec l’Afrique. C’est un continent qui mérite beaucoup d’indulgence. Il a du avaler en 50 ans, 200 ans de civilisation. Au milieu des champs, en plein pays bamiléké, je suis avec ma grand-tante et j’entends un portable sonner. Je vois alors une vieille qui fait « allo ». C’est surréaliste. Elle ne sait pas faire fonctionner l’appareil mais elle sait s’en servir pour communiquer avec l’extérieur. L’Afrique est l’origine du monde et j’y puise mon énergie. »■

Félicité Wouassi, actrice d’origine camerounaise du film « Aide-toi, le ciel t’aidera » dans un entretien avec Afrik.com, 29 novembre 2008.

Et aussi

La liberté par l’image

« L’Afrique est sans doute le continent qui a le plus souffert de la barbarie coloniale. Du nord au sud du continent, un pillage systématique de nos richesses a été organisé. Leur sinistre besogne achevée, les anciens colonialistes se sont acharnés à déculturer des peuples entiers, à les couper littéralement de leurs racines. Et cela dans l’indifférence des intellectuels européens. Dans certaines capitales d’Europe, des avenues portent encore les noms d’hommes qui ont ordonné des crimes épouvantables contre les Africains.

Puis-je, à ce propos, suggérer que nos rues portent des noms de personnalités telles qu’Amadou Hampâté Bâ, Joseph Ki- Zerbo, Cheikh Anta Diop, Franz Fanon, Kateb Yacine, Sembène Ousmane ou Youssef Chahine, sans oublier les chantres de la négritude Léopold Sédar Senghor et Aimé Césaire ? ...

Est-il besoin de rappeler que c’est sur le continent que l’humanité est née ? Que les ancêtres des Européens sont partis des contrées africaines vers d’autres latitudes ? J’aimerais rappeler aux racistes de tout poil qu’après tout tante Lucie est leur arrière-grand-mère à tous. Oubliant que leurs pays avaient dû sacrifier des dizaines de millions de jeunes avant de voir enfin naître un idéal d’unité, certains dirigeants européens reprochent à l’Afrique des conflits provenant largement de l’héritage colonial ou néocolonial. Les vendeurs d’ivoire, d’or noir et de diamants ont inondé le continent d’armes meurtrières. Ils portent, au moins en partie, une lourde responsabilité sur les conflits qui secouent encore l’Afrique. L’histoire est ainsi faite qu’elle forge les nations dans la douleur. Aujourd’hui, l’Afrique va mieux et se reconstruit méthodiquement. Mais les images que les médias occidentaux renvoient d’elle restent fixées sur les conflits et les désastres. Et ce n’est pas nouveau. » ...■

Extraits d’un discours prononcé au Congrès des ministres africains de la Culture, Alger, 22 octobre 2008 par Mohamed Lakhdar-Hamina, cinéaste algérien.
Jeune Afrique n° 2499, du 30 novembre au 6 décembre, Vous & Nous, Forum, p. 111.