Ce qu'ils ont dit!

Sur l’ethnisme et le génocide du Rwanda

«... Sur le Rwanda, les interprétations habituelles évoquent des guerres tribales alors que ce génocide possède les mêmes caractères que ceux qui l’ont précédé. Il sort d’une matrice universelle : tensions, déshumanisation de l’ennemi (qualifié de rat, d’insecte ou de fourmi), ce qui permet ensuite de le tuer, propagande d’un discours idéologique qui imprègne les consciences, créations de milices, vote de lois qui établissent des quotas et stigmatisation des « sous-hommes ». Le génocide au Rwanda n’a pas duré 100 jours ; il a été préparé pendant des dizaines d’années. ...».

Raoul Peck (1) 

Extrait de : Ce génocide, comme les autres, sort d’une matrice universelle, Jean-Claude Raspiengeas, La Croix, 22.02.08

(1) Cinéaste haïtien, réalisateur de « Quelques jours en avril ».