Les lettres de la Cade 2008-2009

Lieux et territoires de mobilisation des ressources futures

Le choix du thème du cycle annuel se propose de faire une place plus grande à la dimension prospective de notre représentation de l'Afrique. Il s’efforcera de mettre en valeur les différentes formes d'engagement des Africains dans les sphères où ils sont impliqués et d’abord les lieux qu’ils habitent concrètement comme les territoires qu’ils se proposent d’investir symboliquement. A l'échelle du continent, ces sphères vont de la communauté de base qu'est le village pour le rural et le quartier pour le citadin jusqu'à l'Union africaine vécue comme centre d'échange et de décision dans les relations intra et intercontinentales, mais aussi comme symbole de l’unité culturelle du continent. La nouvelle donne géopolitique, environnementale, économique et démographique du XXIème siècle (rôle des puissances émergentes, ressources énergétiques et agricoles stratégiques, changements naturels et risques, croissance démographique) devra éclairer l’ensemble des rencontre-débats.

Il s'agit de présenter les enjeux et défis du développement et des modalités de sa mise en œuvre et de sa gestion à diverses échelles par des approches disciplinaires et empiriques croisées et les registres idéologiques, socio-économiques et politiques qui les éclairent. L’attention se portera sur les évolutions et bégaiements, les recompositions et les réajustements pour y déceler ce que seront les grandes lignes du futur africain en prêtant une attention soutenue à la mobilisation tant matérielle que sociale, politique et symbolique des Africains. Seront ainsi évoqués les sujets suivants :

  • L’évolution de la perception des lieux fondamentaux : village et quartier (racines et empreintes, identités et ressources, objet et sujet du développement) ;
  • Les changements de la ruralité et la citadinité (vécu et représentations, usages et manipulations) ;
  • La recomposition des échanges entre villes et campagnes (rupture, symbiose ou continuité dans l’ordre de l’entraide, des échanges économiques, financiers et familiaux et des connivences politiques) ;
  • Les nouvelles modalités de construction politique et économique, social et symbolique d’un espace national et formes d’identification à celui-ci ;
  • La construction formelle et informelle d’espace régionaux et supra-nationaux (institutions et organisations communes, réseaux marchands transnationaux, contrebande, etc.) ;
  • Les espaces migratoires intra-nationaux, sous-régionaux et internationaux comme facteur de redistribution des connivences et /ou des divergences selon les périodes du politique l’émergence volontariste ou spontané d’espaces de polarisation économique, sociale ou religieuse (réseau d'échanges, polarisation urbaine ou portuaire, regroupements guerriers ou religieux, linguistiques ou monétaires organisations de mise en valeur des ressources naturelles).

Cet ensemble pourra se décliner pour l’année à venir en rencontres-débats centrées sur certaines zones ou entités géographiques en fonction des opportunités et de l’actualité.

  1. « Le village africain comme lieu de vies » (Lettre n° 115)
  2. « Les terroirs africains comme lieux de développement » (Lettre n° 116)
  3. « Deuxième réunion du Comité d'orientation stratégique» (Lettre n° 117, janvier 2009)
  4. « Le quartier citadin: cohabitation, congestion et ségrégation» (Lettre n° 118, février 2009)
  5. « La cité africaine : lieu de dynamisation des capacités de développement ?» (Lettre n° 119, mars 2009)
  6. « Les tensions politiques et sociétales en période de récession : la Côte d’Ivoire et le Kenya» (Lettre n° 120, avril 2009)
  7. « Les échanges ville-campagne et le réaménagement des territoires » (Lettre n° 121, mai 2009)
  8. « La maîtrise des échanges et la mobilisation concertée des ressources des villes et des campagnes » (Lettre n° 122, juin 2009)

Hors cycle

  1. Les changements dans le delta intérieur du Niger : continuité ou rupture ? (Lettre n° 114)