Afrique-Europe, l'Indispensable alliance

Juste avant le Sommet de Lisbonne tenu les 8 et 9 décembre 2007 entre l’Union Européenne et l’Union Africaine, le Commissaire Européen au Développement, Louis Michel, a signé un essai, préfacé par le Président de la Commission Européenne, José Manuel Barroso, intitulé Afrique-Europe, l’Indispensable alliance.

Cet essai a pour ambition de renouveler la vision du partenariat euro-africain en réponse aux changements qui affectent la scène mondiale. Écrit sur un mode volontariste cet essai, après avoir évoqué la redécouverte de l’importance géostratégique de l’Afrique et la quête de puissance d’une Afrique à la fois forte et fragile, conclut à l’indispensable alliance entre les deux continents et, à cet effet, à la nécessité de bâtir un nouveau partenariat global, ambitieux et durable fondé sur une approche nouvelle et moderne du développement en Afrique.

Saluons l’esprit nouveau de la relation Europe-Afrique appelé de ses vœux par le Commissaire Louis Michel. Cette nouveauté tient à la volonté de construire une alliance entre partenaires qui se veulent égaux en droits et en devoirs et à la nature globale de la stratégie qui se décline en 8 partenariats stratégiques couvrant, au-delà de l’économie, les questions politiques et environnementales jusqu’à présent laissées dans l’ombre. Elle a pour nécessité de repenser le partenariat à partir des données et exigences de la mondialisation et d’associer à la construction de la nouvelle relation la société civile, les collectivités locales et les secteurs privé et associatif.

Il est intéressant de noter également que la stratégie proposée s’accompagne d’un Plan d’action de 3 ans (2008-2010), d’un descriptif des instruments d’exécution et modalités de suivi censés garantir son application.

L’essai de Louis Michel invite à la méditation sur le changement de perspectives de la politique européenne en Afrique. Outre le fait que, pour la première fois, s’engage une relation forte avec l’Union Africaine, un an après que celle-ci ait émergé comme un acteur de la communauté internationale à l’occasion du Sommet de Pékin, il y a lieu de noter la détermination de la Commission Européenne à globaliser notre partenariat avec l’Afrique.

Le Sommet de Lisbonne a largement conforté cette conception du partenariat. La négociation des Accord de partenariat économique sera un bon test de la volonté partagée de donner un nouveau cours au partenariat euro-africain.■

Jean-Loïc Baudet