L'amorce d'une politique d'immigration fondée sur le dialogue

Un premier pas vers une gestion concertée de l’immigration a été franchi entre le Mali et l’Union européenne avec l’inauguration, le 6 octobre, par le Commissaire européen chargé du développement et de l’aide humanitaire, Louis Michel, d’un Centre pilote d’information et de gestion des migrations à Bamako.

Le choix de Bamako s’explique par le fait que le Mali est un pays d’origine, de transit et de destination de flux migratoires importants et du fait de sa position centrale en Afrique de l’Ouest ainsi que de la perméabilité de ses frontières. Rappelons qu’un tiers de la population est migrante et que si 200.000 Maliens sont en Europe, 3,5 millions vivent en Afrique de l’Ouest.

Quelles sont les missions confiées à ce centre ? Informer et aider les éventuels candidats à l’immigration (risques, perspectives mais aussi possibilités de formation professionnelle et d’emploi au Mali) mais aussi d’aider les autorités maliennes à négocier des accords d’immigration de main-d’oeuvre avec chacun des Etats membres de l’Union européenne et divers pays tiers. L’appui de l’Union europeÅLenne est en effet tourné également vers des pays autres qu’européens où des Maliens souhaitent migrer.

Il s’agit en définitive, de substituer à une politique répressive unilatérale une politique de coopération fondée sur une meilleure compréhension des flux migratoires.■

Jean-Loïc Baudet