La rue d'Ulm en Afrique 3 / 3

(cf les Lettres 98 p. 7 et 99 p. 8)

La semaine africaine organisée à l’Ecole Normale Supérieure de la rue d’Ulm par son association Pollens a été suivie par de nombreux élèves de l’Ecole. Comme la CADE, Pollens a veillé à ce que les intervenants soient d’origines et d’activités diverses et complémentaires.

Il n’est pas sans intérêt de noter qu’au cours des exposés et des débats qui les ont suivis sont revenues des thématiques apparaissant lors des rencontres-débats de la CADE. On peut citer à cet égard l’importance de se fonder sur les réalités locales historiques et présentes pour mettre en place de véritables Etats ; le besoin que ces Etats soient efficaces en particulier au niveau de la justice, de la sécurité et de l’éducation ; la nécessité de l’établissement de véritables libertés en particulier dans le domaine de l’expression et de la presse ; la reconnaissance qu’il est possible de démocratiser des sociétés autrement que par le seul recours à des élections pluralistes qui, en plus, sont souvent contestées dans leurs résultats; l’urgence pour l’Afrique de rattraper son retard dans le domaine économique; la conviction que les femmes joueront un grand rôle dans son développement.

Les auditeurs africains ont constitué, selon les jours, un quart à un tiers de l’auditoire mais il a été significatif de constater que lors de la réunion consacrée au thème « Quelle université pour l’Afrique ? » ils en représentaient plus de 80 % et que leurs interventions ont été particulièrement nombreuses. L’enregistrement des exposés et débats a été complet et figure sur le site de Pollens : www.eleves.ens.fr/pollens/afrique

Jean CLAUZEL