La CADE au plus près des choix africains

En cette fin d'année, alors que les débats sur la sortie de crise mettent à mal le modèle libéral sur lequel reposait l'économie du monde et que tout un chacun s'interroge sur les nécessaires adaptations liées à la lutte contre le réchauffement climatique, comment la CADE prend-t-elle en compte les interpellations qui nous viennent d'Afrique dans la conduite de son action ?

Ces interpellations sont de natures multiples, mais, pour une association comme la nôtre, qui s'est fait un devoir de regarder avec lucidité ce qui se passe en Afrique et de déceler dans l'actualité ce qui marque d'une empreinte nouvelle le sort du continent et de ceux qui, ici et là-bas, lui sont attachés, deux tendances majeures se dessinent et, à ce titre, doivent soustendre notre engagement : une volonté grandissante de prendre en main et de construire son avenir à partir de ses propres forces et un souci de prendre sa part dans le monde de demain et de s'y intégrer en se faisant entendre et respecter.

La volonté de maîtriser sa construction se traduit aussi bien par la contestation des liens de dépendance qui soumettent les pays africains à la domination occidentale – qu'on se rappelle à cet égard la critique de l'aide publique au développement et l'élargissement de l'éventail des partenaires commerciaux et financiers avec qui l'Afrique est en rapport et leur intervention à Copenhague récemment – que par les réformes et changements de politique destinés à stimuler les échanges intra-africains.

Face à l'émergence de ces tendances lourdes, la CADE s'est posée la question du choix du thème de son cycle annuel de Rencontres-débats. Elle a été amenée à dédoubler ce choix et à le décliner sur 2 ans. Elle est convaincue, en effet, qu'à partir du choix fondateur de traiter ce qui contient en germe les orientations d'avenir des sociétés africaines, il convient d'explorer parallèlement les dimensions culturelles et économiques du développement africain. D'où la décision, largement inspirée des travaux du Comité d'Orientation Stratégique, d'évoquer en alternance ce que nous révèle la production littéraire africaine « Que peuvent les productions littéraires en Afrique ? » et la naissance d'une nouvelle catégorie d'entrepreneurs « La libération de la capacité d'entreprendre en Afrique ».

La recherche d'un nouveau type d'intégration dans un monde en pleine évolution est, à notre point de vue, une autre caractéristique majeure d'un continent qui, à cet égard, s'est donné les moyens, notamment avec l'Union Africaine, de concevoir et faire entendre ses spécificités au regard de cette intégration.

 Ce défi de l'intégration se pose aussi dans une société française confrontée à l'insertion des migrants et de la diaspora africaine en son sein. Partant de l'idée que les discriminations dont sont victimes les originaires d'Afrique proviennent fondamentalement de l'image dégradée de l'Afrique et des Africains qui gangrène leur représentation chez nos concitoyens, la CADE cherche à accroître la visibilité de son message dans la sphère publique et à mettre son capital de connaissances et de relations au service d’une reconnaissance de nos proches issus de la diversité et dont l'intégration suppose que leur double appartenance trouve à s'exprimer.

Cette démarche, la CADE l'a conçue et va la mettre en pratique de deux manières : en se déplaçant dans des lycées professionnels et techniques de Paris pour susciter un débat de découverte réciproque des élèves autour de l'exposition « Quand l'Afrique s'éveillera... » et en mettant sur pied, dans la perspective du 15ème anniversaire de notre association en 2011, une exposition sur « Les Afriques qui se font » qui exprimera la vision de la CADE à cet égard. Plus près de nous, en cette année 2010 où les cinquante ans d'indépendance africaine donneront lieu à diverses manifestations, la CADE portera témoignage, par des regards croisés, sur cette histoire partagée entre l'Afrique et la France.

Nos ambitions sont grandes : en vous exprimant tous nos voeux de bonne, heureuse et féconde nouvelle année, nous vous invitons à nous rejoindre pour relever ces défis et concourir à cette oeuvre commune.

La Cade