Images et trajectoire de l'Afrique (Xème anniversaire de la CADE)

Invitation Xème anniversaire de la CADE

Des questions géantes pour un organisa­tion de nains », c'est ainsi qu'Erik Orsenna a caractérisé l'ambition de la CADE, modeste association qui depuis dix ans rame à contre-courant des idées reçues et entretenues sur l'Afrique continent perdu voué à l'exclusion.

Or la journée du 7 décembre, marquée par l'implication et la qualité des intervenants ainsi que par la présence d'un public très nombreux et passionné, a montré que l'Afrique occupe toujours une place importante dans les esprits et les coeurs de nos concitoyens. Elle a également montré l'intérêt et l'utilité de l'espace de dialogue ouvert et non spécialisé créé par la CADE.

En attendant la publication des actes de la journée du 7 décembre, le résumé que vous trouverez dans cette Lettre vous donnera l'essentiel de ce qui s'est dit lors des quatre tables -rondes sur la confrontation de nos représentations de l'Afrique à la dynamique, ce que nous avons appelé « la trajectoire » de ce continent. Et s'il fallait résumer encore l'essentiel, je dirais ceci qui nous guidera dans la poursuite de notre travail.

La déconstruction de l'ethnie a été suffisamment efficace pour que son emploi paraisse dorénavant impossible. L'histoire de ce terme qui a remplacé celui de tribu depuis les indépendances ainsi que l'usage qui en est fait aujourd'hui, montrent ses dangers, en particulier une fâcheuse propension à enfermer les identités culturelles et linguistiques sur elles-mêmes, alors qu'elles ont toujours été ouvertes et changeantes. De ce fait, les ethnies deviennent un obstacle à la construction des Etats-Nations au lieu de les enrichir de leur diversité.

Les images qui montrent une Afrique, tantôt criminelle, victime, exploitée ou suicidaire expriment la peur de l'Autre. Elles empêchent de voir et d'apprécier les mille et une réponses que l'Afrique a inventées pour résister, s'adapter aux gigantesques défis auxquels le continent est confronté, à commencer par la croissance démographique, la jeunesse de ses populations et l'explosion urbaine.

Le concept de développement utilisé depuis des décennies cache des intérêts très divers et ignore trop souvent, sous couvert de technicité, les aspirations des intéressés à définir eux mêmes leurs priorités. Les apports et les appuis extérieurs ne devraient pas faire obstacle à ce qu'ils suivent leur propre chemin vers le développement.

La Lettre de la CADE n° 86

Programme

Revenir