AFIP : Les diplômés de la diaspora

L’Association pour favoriser l’Intégration Professionnelle (AFIP) a organisé le 30 janvier 2009 son colloque annuel, cette fois-ci sur « L’entrepreneuriat des jeunes diplômés issus des minorités visibles », qui a réuni tout au long de la journée près de 200 personnes, appartenant pour la plupart à ces minorités et essentiellement d’origine africaine. L’AFIP s’intéresse aux diplômés : 1.700 personnes, dont 300 sont au RMI, soit presque le quart des candidats à l’emploi dans ces minorités. Participaient beaucoup de jeunes entrepreneurs, des hommes, des femmes particulièrement convaincantes. Engagés dans la vie active, ils ont donné le maximum d’eux-mêmes pour montrer, par leur exemple, que la réussite est permise. Ils appartenaient à une grande diversité de secteurs économiques : presse, Internet, télévision, audit en management, soutien scolaire, conseil en investissement immobilier, vêtements…. Le MEDEF aussi était là, très constructif, de même que des représentants de structures publiques, professionnelles et associatives d’aide à la création d’entreprises, ainsi que des personnalités administratives et parlementaires. Les débats étaient souvent très concrets. Faut-il se débrouiller seul ou vaut- il mieux utiliser des  réseaux? Pour lutter contre un processus de stigmatisation et d’autocensure, certains cherchent à se fondre dans la masse et à agir seuls. Les communautés de couleur ou de quartier ne semblent pas très porteuses. Les réseaux ne reposent pas encore sur des individus suffisamment intégrés dans des entreprises florissantes pour être vraiment efficaces. L’AFIP se veut, justement, un agent de changement de ces représentations sociétales et un bâtisseur de réseau. Elle veut aussi convaincre les entreprises que la diversification croissante de leur public doit les inciter à diversifier leur personnel. En conclusion, Carole Da Silva, directrice de l’AFIP, a invité les participants à formuler une proposition en faveur d’une égalité réelle des chances et de la diversité. Leurs suggestions seront soumises au Commissaire à l’égalité des chances. R.G.